Un jour j'ai rencontré la vérité

Un jour j'ai rencontré la Vérité

Un jour, j’ai rencontré la vérité- Félicien Marceauaffiche.jpg

Pièce en 2 tableaux – environ 2h15

5 personnages

Un jour, j’ai rencontré la vérité, représentée pour la première fois à Paris le 21 janvier 1967 au théâtre de la Comédie des Champs-Elysées, est une pièce en deux parties, mettant en scène six personnages relativement atypiques. Si l’absurde et la légèreté dominent incontestablement, c’est une vraie réflexion sur le mensonge (et a fortiori la vérité), leur utilité et leurs travers, que nous propose Félicien Marceau.

Bernard, menteur invétéré, se retrouve un jour face à la vérité, incarnée sous les traits de sa propre maîtresse. S’ensuit une série de rebondissements rendus plus improbables encore par la présence des autres personnages : un laveur de carreaux dont la naïveté sera largement exploitée; la tante de Bernard, Mado, immuable rêveuse, aussi menteuse que son neveu; et le collègue de Bernard, Lambert, qui s’avère, lui aussi, moins honnête qu'il n'y paraît.

La rencontre de ces caractères plus différents les uns que les autres, donne lieu à des scènes d’une absurdité délicieuse, jusqu’au face à face final entre Gisèle I, la maîtresse de Bernard, et son double, la vérité ou Gisèle II, qui clôt la pièce sur une note inattendue.

 

 

 

 

dsc-0212.jpg

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×